JONGKIND "J'éprouve toujours un mal aise..."

1 833,33 €
Derniers articles en stock
Description

JONGKIND (Johan-Barthold).

Né à Lattrop (Pays-Bas)

1819-1891.

Peintre, aquarelliste, graveur, précurseur des Impressionnistes.
L.A.S. « Jongkind » à « Monsieur Bascle ».

Paris, 11 janvier 1865.
5 pages 1/2 in-8. Suscription (volante) : « M. ThleBascle, 138 quai des Chartrons, Bordeaux » portant reste de cachet de cire rouge, timbre et cachets postaux.

 

Très belle et rare lettre du peintre Jongkind à son ami collectionneur (un négociant en vins) Théophile Bascle sur une future exposition à Bordeaux :

Jongkind remercie de l’envoi de friandises, cadeau du jour de l’an de son ami Théophile Bascle : ...J’ai reçu ce matin votre lettre du 10 Janvieret puis – à l’instant après midim’arrive les deux caisses. Contenant 1° / biscuits bordelaise 2°/ prunes d’ages (sic pour d’Agen) Je viens d’en gouter. Excellents (...). Madame Fesser [sa compagne] et moi nous sommes nous empresser pour ouvrir les caisse pour voir la surprise agréable.

Le petit Jules est coucher – depuis 2 jours. Il a attraper chaud et froid, probablement au Luxembourg. Le médecin est venu ce matin (...). Aussitôt après votre départ – nous avons goutter tout suite la boîte avec fruits confitte. Dans ma lettre du Jour de l’an, j’ai oublié de vous dire qu’il étais délicieuse (...). Je suis heureux d’apprendre votre bonne voyage et votre bonne santé et je vous remercie sincèrement de votre bonté et de m’apprendre que vous êtez satisfait de mes tableaux et j’ose me recommander beaucoup à votre bonté d’exposer quelques de mes tableaux autant plus, que j’ai eu une invitation encourajant d’Exposer à Bordeaux.

L’Exposition de Paris pour l’envoye des ouvrages est – je crois 10 mars – de façon que je suis obliger de travailler tant que je peut, pour en avoir de ma peintures parce que Paris est unique pour moi – par tant de célébrités.

Afin (sic pour enfin ) avant que je termine celle-ci – il me reste de vous dire, que j’éprouve toujours une mal aise et depuis votre départ je ne suis pas sorti – même pas pour dîner chez Biort – je pense que Prouha [le sculpteur Pierre Bernard Prouha, lié étroitement à Jongkind], va bien, il faut que je vais le voir demain ou après demain...

Dans les années 1860 la situation matérielle du peintre Jongkind devait s’améliorer. Il s’installe en 1861 au 5 rue de Chevreuse à Paris (qu’il ne quittera plus), s’éloigne de son marchand tyrannique le père Martin, rencontre sa future compagne, comme lui d’origine hollandaise, Joséphine Borrhee-Fesser. Àpartir de 1864, Jongkind voyage en Normandie où il fait de nombreux séjours, en rapporte de délicieuses aquarelles, se lie avec Beugniet (le marchand d’Isabey et de Delacroix) et fait la connaissance du destinataire de cette lettre, le négociant en vins à Bordeaux, Théophile Bascle (1824-1882), un admirateur et collectionneur des peintures de l’artiste hollandais.

Détails du produit
53
Produits liés
Aucun articles

Menu

Paramètres

Créez un compte gratuit pour sauvegarder les articles aimés.

Se connecter

Créez un compte gratuit pour utiliser les listes de souhaits.

Se connecter