Notre boutique utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur et nous vous recommandons d'accepter leur utilisation pour profiter pleinement de votre navigation.

close

JAMES Henry. Lettre autographe signée

HENRY JAMES A L'ACTEUR COQUELIN L'AINE

1 900,00 €
Autographe disponible à la vente
Faire une offre

Votre offre est envoyée.

Your Offer is accepted, please check your inbox.

  •     *Champs requis

Chargement

Référence:
G 3661
Produits liés
Aucun articles
Description

 Henry JAMES.

Né à New-York. 1843-1916.

Écrivain américain naturalisé anglais. L.A.S. « Henry James » [à l’acteur Coquelin aîné].

                S.l.n.d. [vers 1890, Paris, ce dimanche]. 4 pages in-8, à son adresse à Londres. En français.                                                                                                                                                                                                        

 

Belle lettre, à celui que James appelait le « Balzac des acteurs » : …Vous me comblez de bienfaits, mais croyez bien que je n’ai pas d’hésitations à les engloutir tous. Mille fois oui, décidément pour vos deux généreuses invitations. J’accepte avec la plus profonde reconnaissance le fauteuil pour vendredi (ce sera la 1ère 1ère que j’aurai vue, quelque part, de ma vie) et je prends bien note de Jeudi, 11h30 pour me présenter chez vous… Il a lu attentivement les deux articles sur Molière : …Ils me paraissent très-solides de pensée & d’une netteté d’expression & d’intention qui me rappelle ce qu’il y a de peu embrouillé dans votre jeu. Je suis tenté de vous remercier comme d’un service (ou d’une revanche) personnel du ton & de la vigueur de votre réponse à M. Brunetière, dont la sécheresse de goût & la maigreur d’imagination me font depuis longtemps regimber sous sa férule. Voilà bien la manière juste & bonne de parler de ce grand, ce large, ce bon Molière…

 

Le grand romancier américain admirait notre langue parlée et, lorsqu’il se trouvait à Paris, n’hésitait pas à se rendre dans les différents théâtres de la capitale. Son théâtre de prédilection était la Comédie-Française « la première scène du monde » disait-il, où se produisaient les meilleurs artistes, dont Constant Coquelin l’aîné (1841-1909) qui y fut sociétaire pendant une grande partie de sa carrière avant de prendre la direction du théâtre de la Porte-Saint-Martin où il créa avec brio le rôle de Cyrano de Bergerac d’Ed. Rostand.

Détails du produit
G 3661
QR Code

Scan this code! phone_iphone

Menu

Paramètres

Créez un compte gratuit pour sauvegarder les articles aimés.

Se connecter

Créez un compte gratuit pour utiliser les listes de souhaits.

Se connecter