Notre boutique utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur et nous vous recommandons d'accepter leur utilisation pour profiter pleinement de votre navigation.

close

MALRAUX, belle lettre à Emmanuel Berl, 23 JUILLET (1952)

Je ne trouve pas ce que vous dites de Sylvia, décourageant

1 000,00 €
Autographe disponible à la vente
Faire une offre

Votre offre est envoyée.

Your Offer is accepted, please check your inbox.

  •     *Champs requis

Chargement

Référence:
G 3860
Produits liés
Aucun articles
Description

MALRAUX (André). Né à Paris (1901-1976). Écrivain et homme politique. Intellectuel engagé. Ministre de la Culture.

L.A.S. « André Malraux » à l’essayiste Emmanuel Berl.

S.l.n.d, 23 juillet [1952]. 1 page 1/2 in-8 à son adresse [19 bisavenue Victor Hugo. Boulogne S/Seine].

Réf. G 3860

 

Belle et intéressante lettre amicale à un intime de longue date, l’essayiste Emmanuel Berl qui lui avait dédié son premier ouvrage « Mort de la pensée bourgeoise » en 1929 : ...J’ai donc fait une rechute de plus. Ça devient lassant. Passons... Pour le tome III [de L’Histoire de l’Europe, Gallimard, 1951], j’espère que le service [de presse] a été fait proprement (je ne l’ai évidemment pas vu). Sinon, donnez un coup de téléphone à Beuvet, qui sera chez moi à ma place à partir du 1eraoût... Il enchaîne sur le roman autobiographique « Sylvia » que Berl venait de faire paraître, également chez Gallimard : ...Je ne trouve pas ce que vous dites de Sylvia, décourageant. J’ai toujours pensé que la bizarre barrière qu’il y a entre vous et le public craquerait un jour. Pourquoi pas sur ce livre, auquel vous semblez vous acharner, et qui recoupe en vous bien des choses importantes ? Sans doute la barrière tombera-t-elle par une sorte de pourriture naturelle, coïncidant avec un tableau d’avancement (quelque part en enfer) ; encore est-il bon d’aider le bois mort à tomber... Quant à la politique !...

 

Le journaliste et essayiste Emmanuel Berl (né en 1892 au Vésinet près de Paris), fréquente les Surréalistes, en particulier Aragon, et son ancien condisciple du lycée Carnot, Pierre Drieu La Rochelle avec lequel il publie un périodique éphémère « Les Derniers jours », puis collabore aux Cahiers bleusde Georges Valois. En 1928 il rencontre André Malraux et lui dédie Mort de la pensée bourgeoise(Grasset, 1929), un pamphlet dans lequel il dénonce la pensée intellectuelle conformiste contemporaine. En 1932 il lance l’hebdomadaire Marianne, puis Pavés de Parisqu’il dirige jusqu’en 1940. Successivement favorable à Pétain et hostile à la révolution nationale, rompant avec Vichy, il s’exile en Corrèze en juillet 1941 où il est rejoint par Bertrand de Jouvenel, le dessinateur Jean Effel et André Malraux et sa compagne Josette Clotis.

Au lendemain de guerre, il abandonne la politique pour se consacrer à la rédaction d’ouvrages autobiographiques. En 1967 l’Académie française lui décerne le Grand Prix de littérature.

Intime de Malraux qui lui reprocha son manque de volonté politique « votre rapport avec la politique est mauvais parce que vous ne voulez rien» [Tant que vous penserez à moi,en collaboration avec Jean d’Ormesson, 1968, p. 60], lui avait dit Malraux. Cependant les deux écrivains nouèrent des liens d’une amitié pérenne. Berl dans les entretiens qu’il accorda à Patrick Modiano à la fin de sa vie lui confiait les raisons de la longévité de sa belle amitié avec Malraux, toute intellectualisée : « Je crois qu’il y a un lien entre sa métaphysique et la mienne, sans cela, on n’aurait pas pu se supporter aussi longtemps, tant d’années, tant d’heures. Il y a une obsession du divin ressenti en tant qu’absence, auquel il faut penser toujours sans en parler jamais...».

 

Parue en 3 volumes, L’Histoire de l’Europe, que Berl commença à rédiger en Corrèze sous l’Occupation, avait été pour lui un moyen « de pas désespérer de l’Europe, quand sévissait sur elle la plus affreuse barbarie, non plus que la Raison. Quand un vent de folie soulevait les plus hautes vagues, jamais connues, de la cruauté» [préface,vol. 1, Histoire de L’Europe].

 

Réformé en 1917 pour maladie respiratoire après avoir reçu la Croix de guerre, Berl fait la connaissance de Marcel Proust. Dans son romanSylvia,Berl raconte la piquante querelle qui l’opposa à Proust au sujet du bonheur amoureux : devant l'incompréhension béotienne manifestée par Berl vis-à-vis de sa théorie sur les sentiments et les passions, Marcel excédé, lui jeta à la figure sa pantoufle en lui signifiant un congé définitif...

Détails du produit
G 3860
QR Code

Scan this code! phone_iphone

Menu

Paramètres

Créez un compte gratuit pour sauvegarder les articles aimés.

Se connecter

Créez un compte gratuit pour utiliser les listes de souhaits.

Se connecter