Voir la vidéo

[Franc Maçonnerie] LEMAÎTRE Jules, écrivain et critique dramatique. Manuscrits autographes (G 5330)

TRÈS INTÉRESSANTE RÉUNION D’ARTICLES DE JULES LEMAITRE SUR LA FRANC-MAÇONNERIE, L’AFFAIRE DREYFUS, L’ARMÉE ET LA LIGUE DE LA PATRIE FRANÇAISE.

VENDU

100% secure payments
De retour dès 10h
Référence:
G 5330
Description
LEMAITRE (Jules). Né à Vennecy. 1853-1914.
Écrivain et critique dramatique. Manuscrits Autographes signés « Jules Lemaitre » et « J.L. », indications de composition au crayon bleu de prote, ratures. 1899. 38 pp. petit in-4, habilement restaurées et montées sur onglets, reliées en 1 volume in-folio, bradel demi-toile verte, titre en long. 

Écrits au paroxysme de l’affaire Dreyfus (le 29 octobre 1898 la Cour de Cassation avait accepté la demande de révision et décidé de procéder à une enquête) les deux premiers articles seront repris dans l’ouvrage de Jules Lemaître, intitulé La Franc-maçonnerie, publiée chez A. Leret en 1899. 

Dans les deux premières parties, Pourquoi la Franc-Maçonnerie est forte et La Franc-maçonnerie et l’étranger, Jules Lemaître traite des pouvoirs de la Franc-maçonnerie et des raisons qui les ont nourris : c’est ...la faute d’une grande partie des catholiques et de ceux qu’on appelle les « conservateurs ». C’a été de leur part une lourde erreur (...) de ne se point rallier, et tout de suite, au régime républicain (…) Beaucoup de catholiques sont très longtemps restés monarchistes à cause de l’habitude qu’ils avaient prise de considérer la monarchie et le catholicisme comme choses inséparables (…). Cette erreur d’une fraction très considérable des catholiques et des conservateurs a eu des suites funestes. Elle a permis aux Francs-Maçons de se donner, en toutes circonstances, pour les défenseurs attitrés de la République et de se faire, de cette attitude, une spécialité lucrative… Ensuite, …La Franc-Maçonnerie est devenue forte en faisant autant appel aux mauvais sentiments. Car c’est par leurs mauvais sentiments qu’on mène le plus aisément les hommes. On a peu de prise sur eux en leur prêchant une morale qui implique des devoirs et, au bout du compte, l’effort sur soi et la lutte contre la nature... La Franc-maçonnerie, ...en érigeant en dogme l’hypothèse matérialiste (...) recommande (aux maçons) l’obéissance aux « lois de la nature » et ne leur parle que de leur droit. Quant à leurs devoirs, ils se ramènent tous à détester et à combattre ceux qui ne pensent pas comme les maçons... Enfin, ce pouvoir s’explique par …la discipline et le secret. (...) J’ai déjà dit que les grotesques liturgies maçonniques emplissaient les nigauds d’orgueil, les fanatisaient et, par suite, les rendaient souples et dociles à leurs conducteurs (…). Beaucoup osent dans les surplis des Loges ce qu’ils n’oseraient pas publiquement. (...) Tous les français devraient rougir de honte en songeant qu’ils sont menés et opprimés depuis vingt ans par ce club des Jacobins de la Troisième République et par ses annexes. Le remède, (...) c’est d’imiter leur discipline, leur union, leur admirable activité et même, un peu, leur organisation. Cela est possible si on le veut. L’amour de la patrie, de la liberté, de la justice et du bien public serait-il un moins puissant mobile d’action que le fanatisme irréligieux ! Si cela est, il ne faut plus que cela soit... s’insurge Lemaitre qui propose de former, ...contre les Loges, des groupes serrés de braves gens... Mettant en avant les liens supposés entre la Franc-maçonnerie française avec les franc-maçonneries étrangères, il en pointe les contradictions et les dangers : …Quelles sont, au juste, les relations de la Maçonnerie française avec les maçonneries étrangères ? De quoi s’occupent-elles ensemble ? Quelles sont les idées qui leur sont communes ? Surtout, en ce qui regarde la politique européenne, quels sont leurs projets ou les souhaits qui leur sont communs ? Ici encore je me heurte à ce Secret maçonnique inquiétant, Secret, qui, en même temps qu’il protège la Maçonnerie, en est la condamnation. Car enfin qu’a-t-il donc à cacher ? (…) Je suis persuadé que tous les Maçons sont de très bons patriotes (…). Il est excellent (...) d’espérer qu’un jour viendra où les frontières seront abolies, où tous les peuples ne feront qu’un, de souhaiter les États-Unis d’Europe, et même d’Asie et d’Afrique. (...) Mais réfléchissons un peu. Voilà 25000 citoyens français qui délèguent à l’étranger des hommes que la nation française ne connait pas. Ils s’en vont traiter des questions morales et sociales et aussi des questions politiques avec des délégués étrangers qui, eux, représentent 100 000 maçons allemands et 200 000 maçons anglais... Et si l’on songe ...que beaucoup de nos maçons sont en même temps des politiciens considérables, que notre maçonnerie a la plus grande influence sur notre gouvernement (...) ne penserez-vous pas que telle imprudence commise par (eux) tel entrainement subi par eux, telle illusion dont ils auraient été dupes (...) peut avoir, à leur insu même, de très sérieuses conséquences ? (...) je ne dis pas que le Secret maçonnique justifie un soupçon, mais il l’autorise. (...) La Maçonnerie est partiellement un secret pour le plus grand nombre des maçons eux-mêmes. (...) Peut-être que (...) ce secret à trente trois degrés n’est rien, qu’un dogme d’athéisme ou de nihilisme tout élémentaire. Mais quelle exploitation de la crédulité et de la sottise humaine !... Et Lemaitre conclu, citant l’ouvrage de M. de Saint Auban, Le Silence et le Secret : ...Pourquoi tant de cachotteries, de mensonges, de mascarades, lorsqu’on sert la cause de la justice, du progrès ? Pourquoi masquer le visage, quand le visage ne respire que l’amour de la liberté ?...

Dans l’article suivant, Évangile et Anarchie (paru dans l’Echo de Paris du 14 avril 1899), il fait le point sur un différend qui l’oppose à Charles Maurras. Ce dernier a en effet reproché à Jules Lemaître sa critique du dernier roman de Léon Tolstoï (La résurrection, 1899). Si Maurras …écrit depuis quelques mois, à la Gazette de France, de fort belles études sociales. C’est surtout « l’affaire » [Dreyfus] qui lui en fournit le sujet. Il unit en lui l’esprit le plus tendu aux méditations solitaires et le cœur le mieux fait pour sentir à l’unisson des multitudes (…) Il pense avec profondeur et de la façon la plus liée et il écrit avec une précision vraiment latine. Ce traditionnaliste conscient et subtil m’a cherché récemment une généreuse querelle. En vous annonçant le nouveau roman de Tolstoï (...) j’avais dit que maintes pages de ce livre « nous communiquaient cette impression que la société est abominable, qu’elle repose sur des conventions absurdes ou même criminelles, qu’elle respire l’injustice comme l’air et qu’elle boit l’hypocrisie comme l’eau »... (…) M. Charles Maurras ne nie pas la justesse de ces constatations : mais il me reproche de les avoir faites avec une sorte de complaisance. (...) Je répondrai à M. Maurras : Vous oubliez qu’après avoir qualifié ce livre de « révolutionnaire » j’ajoutais : « révolutionnaire comme l’Évangile »... A travers cet exemple, il livre sa pensée sur la démocratie, la religion catholique et la nature humaine : …Que la société repose sur des conventions, qui apparaissent quelque fois comme des mensonges, cela est malheureusement hors de doute. Le prince, dans l’état monarchique, passe pour le représentant de Dieu, et n’est souvent qu’un pauvre homme, évidemment dénué de lumières spéciales et supérieures. Les lois, dans une démocratie, sont censées exprimer la volonté du plus grand nombre : et il arrive que par l’inévitable duperie du suffrage universel et du parlementarisme, elles n’expriment que la volonté d’une minorité tyrannique. (...) Il est dangereux de dire au peuple que les lois ne sont pas justes ; car il n’obéit qu’à cause qu’il les croit justes. (…) Ce qui rend nécessaires les conventions sociales, c’est le « dérèglement des hommes » : mais c’est lui aussi qui les fait quelquefois mensongères et injustes dans la pratique. Elles seraient assez justes et assez bonnes si les hommes avaient assez de sincérité et de bonté. Et elles seraient excellentes, ou plutôt elles deviendraient inutiles, si les hommes étaient très bons, si les hommes étaient saints... Il est évident que Maurras n’absout pas ...les magistrats de Tolstoï de l’indifférence, de la paresse, de la dureté... dont ils font preuve. ...C’est pourquoi, ceux qui, socialistes ou radicaux, prétendent réformer les lois et les conventions dans le sens de la justice, sans réformer les mœurs (...) font une œuvre absolument folle… 

Un court article, intitulé Ils en font trop, revient sur l’affaire Dreyfus : …Le jour du vote, par le Sénat, de la loi de dessaisissement, j’écrivais : « Et maintenant nous n’avons plus qu’à attendre l’arrêt et à l’accepter, quel qu’il soit. Espérons qu’on va laisser la Cour suprême faire tranquillement son œuvre. » Et en effet nous nous sommes tus. (…) Or, pendant ce temps là, les autres continuaient leurs manœuvres enragées (…) Puis, c’était (…) l’aveu prétendu de Félix Faure, toutes allégations suivies de démentis. Et voilà qu’un journal vient de publier les deux interrogatoires du colonel du Paty de Clam livrés par quelque misérable, juge ou fonctionnaire, en violation de son serment professionnel. (...) Le rôle du colonel Paty de Clam reste obscur (...) les bonnes gens qu’étonne cette protection mystérieuse accordée à Esterhazy sont toujours libres de penser que l’État-major récompensait ainsi ce « condottiere » d’avoir refusé l’argent qu’on lui offrait (…) Pour moi, je demeure fidèle à la règle que j’ai suivie depuis le commencement de l’affaire : là où j’ignore, là où je ne puis par moi-même atteindre le vrai, je m’abstiens de juger…

Le 4ème article, Le rôle de l’officier [paru dans la revue Mame - N° 258 - du 10 septembre 1898] permet à Jules LEMAITRE d’exprimer son admiration pour ces militaires et ses espoirs quant à leur avenir : …Ce rôle est en train de se transformer (…) sous l’action de deux causes principales : le service obligatoire et la prolongation de l’état de paix... Cette dernière situation, ...si anormale risquait, soit de diminuer, soit de décourager les officiers... Mais, puisque ...la préparation de la guerre après trente années de paix ne saurait occuper toutes les énergies du commandement, les officiers ont été induits à concevoir qu’ils sont désormais, essentiellement, des éducateurs (…). Il ne s’agit point, pour l’officier, de se faire professeur ou prédicateur (…) mais simplement d’aimer « les hommes », de les connaître, de veiller à leur soupe, d’être juste, d’être plus dur à la fatigue, plus patient, plus courageux qu’eux tous (...). L’armée est un endroit où le petit bourgeois de vie sédentaire et enfermée apprend l’effort musculaire, la bonté des exercices physiques et l’utilité de l’obéissance ; où le petit paysan gauche et frustre se dégourdit, devient adroit de ses membres et industrieux, où il connait qu’il y a dans le monde autre chose que son village et où il acquiert la notion de la grande collectivité humaine dont il fait partie. (…) Ils sont l’idéal de patrie et ce qui fait que la France est une « personne » entre les peuples... Il conclut …Ils sont la partie la plus consciente de la nation, puisqu’ils sont la nation debout et en état de défense…

Enfin, la dernière partie, intitulée La conférence de la Patrie Française, reprend le discours avec lequel Jules LEMAITRE plaide la cause de l’association, créée le 4 janvier 1899 et condamnée peu après pour existence illégale : …Vous avez devant vous des condamnés. (…) Mais que voulez-vous ? Votre législation est telle, après bientôt trente ans de république, que le gouvernement n’a qu’à invoquer une loi de premier emploi pour empêcher plus de vingt citoyens d’exprimer ensemble leur amour de la patrie et leur respect de l’armée nationale (…). La ligue est condamnée : mais elle n’est pas morte, car on ne tue pas ce qu’elle représente ni les sentiments dont elle est sortie. (...) Nous venons d’être stupidement frappés, comme association. Trois heures après le jugement qui nous frappe, nous travaillons à réformer la loi absurde qui l’a dicté. C’est ce qui s’appelle ne pas perdre de temps. La séance continue…

Détails du produit
G 5330
QR Code

Scan this code! phone_iphone

Produits liés
Aucun articles

Menu

Paramètres

Cliquer pour plus de produits.
Aucun produit n'a été trouvé.

Créez un compte gratuit pour sauvegarder les articles aimés.

Se connecter

Créez un compte gratuit pour utiliser les listes de souhaits.

Se connecter