BERLIOZ Hector. Compositeur Romantique. Lettre autographe, 1835 (Réf. G 4793)

Belle lettre faisant référence au premier opéra de Berlioz Benvenuto Cellini.

1 800,00 €
Autographe disponible à la vente
Référence:
G 4793
Description

BERLIOZ (Hector).

Né à la Côte-Saint-André. 1803-1869.

Compositeur romantique français.

Lettre Autographe Signée « Hector Berlioz » à « Mon cher Albert » [Albert Du Boys].

Paris, 21 septembre 1835. 2 pages ½ in-8.

Lettre affranchie adressée à « Monsieur Albert Duboys grande rue neuve à Grenoble Isère ».

(petit manque de papier à la pliure, sans attente au texte)

 

Berlioz écrit à Albert Duboys au sujet des affaires en cours au Journal des Débats et de son espoir renouvelé quant à la représentation de son opéra Benvenuto Cellini :

 

…J’ai rencontré St Chéron au bureau des Débats précisément le lendemain du jour où m’est parvenue votre lettre. Je lui ai rappelé devant Armand Bertin sa promesse relative à votre ouvrage ; A. Bertin m’a demandé ce que c’était ; Je l’attendais là. Je lui ai répondu ce que vous pensez bien ; là dessus Armand de me dire « Eh bien mais il faut faire un article, St Chéron s’en chargera » alors je lui ai demandé de faire passer en attendant une petite note sur Rodolphe, je l’ai écrite tout de suite, et le lendemain hier Dimanche 20 Septembre elle a paru. J’ai exigé de St Cheron la promesse formelle qu’il allait écrire à Renduel pour lui demander, votre livre. (…). À présent attendez patiemment l’article de votre critique ; Il a peu d’influence aux Débats, mais en revanche j’en ai pour deux et je ne négligerai rien pour hâter l’impression du feuilleton quand je le saurai fait.

Je suis en bon train pour traiter avec Duponchel ; C’est Devigny [de Vigny] qui m’a refait mon poëme, nous le présenterons ces jours çi…

 

 

Berlioz épousa l’actrice irlandaise Harriet Smithson en 1833, leur fils Louis – mentionné dans la lettre – naquit en août 1834. Cette même année, Berlioz se fit connaître en tant que critique dans le Journal des Débats, alors dirigé par Louis-François Bertin. Le fils de ce dernier, Louis-Marie-Armand Bertin (1801-1854), dit Armand Bertin, fut admis dès 1820 au nombre des collaborateurs du Journal, il en devint le rédacteur en chef à la mort de son père en 1841. Le Journal des Débats s’est souvent trouvé controversé, fortement attaché à l’idéologie de la Révolution de Juillet, il fut en opposition à tous les ministères qui visaient à restreindre l’influence royale et attaqua notamment Laffite tout en soutenant Casimir Perier.

 

Albert Du Boys (1804-1889), le destinataire de cette lettre, était conseiller auditeur à la cour de Grenoble ainsi que journaliste et historien.

 

Eugène Renduel (1798-1874) était un éditeur qui avait ouvert une librairie à son nom à Paris. Au printemps 1835, l’espoir de Berlioz quant à la représentation de son premier opéra Benvenuto Cellini fut renouvelé lorsque Duponchel remplaça Véron à la direction de l’Opéra de Paris. En 1834, Véron avait en effet refusé la représentation de l’œuvre. Néanmoins, Duponchel accepta cette dernière à condition d’effectuer des changements importants, ce que Berlioz accepta. Le poème entier fut remis entre les mains de Alfred De Vigny qui en revit les vers. La Première se déroula finalement le 10 septembre 1838.

Détails du produit
G 4793
QR Code

Scan this code! phone_iphone

Produits liés
Aucun articles
Aucun articles
Vus récemment

Menu

Paramètres

Cliquer pour plus de produits.
Aucun produit n'a été trouvé.

Créez un compte gratuit pour sauvegarder les articles aimés.

Se connecter

Créez un compte gratuit pour utiliser les listes de souhaits.

Se connecter