HENNER Jean-Jacques, peintre. 26 Lettres Autographes (G 1297)

Ensemble de 26 lettres signées « JJ Henner »

480,00 €
Autographe disponible à la vente
Référence:
G 1297
Description

HENNER (Jean-Jacques).

Né à Bernwiller. 1829-1905.

Peintre. Son œuvre est abondamment représentée dans de nombreux musées.

Très renommé pour son talent de portraitiste et de dessinateur.

Ensemble de 26 lettres signées « JJ Henner », dont 24 adressées à Marie-Charlotte Thérèse Durvis, d’abord épouse Liouville (11) puis épouse Waldeck-Rousseau (13 lettres), et deux à son premier mari Henri Liouville.

S.l.n.d. 33 pages au total, différents formats (in-12 et in-8).

 

Le peintre remercie son amie pour ses diverses invitations et présente ses excuses en cas d’impossibilité :

...J’ai été tellement troublé l’autre jour et si contrarié que j’ai oublié d’inscrire le jour de l’invitation que vous avez bien voulu me faire et je m’aperçois que je ne suis libre aucun de ces jours. Je viens donc faire appel à votre bonne indulgence dont j’abuse vraiment...

...Mr Marchal est reçu. Je suis bien content de vous annoncer cette bonne nouvelle et j’y joins mes compliments les meilleurs...

...Je me réjouissais tant de venir chez vous samedi prochain...Mais, empêché, ...Je viens supplier de vouloir bien m’excuser et d’être mon interprète auprès de Mr Waldeck-Rousseau... ; ...Je suis très touché de votre bonne indulgence et je (me) soignerai et ne sortirai pas d’ici au 2 janvier pour pouvoir venir à votre si gracieuse invitation... ; ...Je n’ai vraiment pas de chance. Je suis engagé pour ce malheureux dernier mercredi et c’est moi qui ai choisi le jour. Jugez de ma désolation... ; ...Je suis navré. Je ne suis pas libre samedi 12... ; ...J’ai reçu la gracieuse invitation que Mr Waldeck-Rousseau et vous voulez bien me faire. J’accepte avec le plus grand plaisir vous pouvez donc compter sur moi samedi 13 avril et je m’en réjouis... etc... Il évoque un peintre, Thomine Desmazures, dont ni lui ni Feyen [Eugène Feyen, 1815-1908, peintre et photographe) n’ont trouvé le tableau et précise, en ce qui concerne Marchal, ...s’il n’a que le tableau – la chambre de Gambetta – pour lequel j’avais avec ses amis voulu le faire recevoir je ferai encore mon possible à la révision...

 

 

A Henri Liouville

 

...Il se trouve à l’Exposition une toile représentant une figure. Cette toile est d’un de vos compatriotes un jeune homme nommé Marchal. Elle a des qualités extraordinaires à mon avis et promet beaucoup pour l’avenir. Ce jeune homme est venu me trouver de la part de votre frère qui pourrait peut-être s’intéresser à lui. Dans son département pour obtenir un de cours du département. Je suis persuadé qu’il serait bon employé et que ce jeune homme autant qu’on peut prédire d’un premier tableau fera un jour honneur à son pays. Excusez cette longue lettre je vous prie mais je le fais comme un devoir... et réponse négative à un rendez-vous.

 

Marie Waldeck-Rousseau (Marie-Charlotte Thérèse Durvis, dite) 1854-1934, sculptrice. Par le remariage de sa mère, elle devient en 1864 la demi-sœur de Jean-Baptiste Charcot.

Elle épouse en 1878 Henri Liouville. Leur fils Jacques (1879-1960), médecin et explorateur, participe à la deuxième expédition du Pourquoi pas aux côtés de son oncle.

Elle épouse Pierre Waldeck-Rousseau en 1888.

 

Henri Marchal, né Essey-les-Nancy, (1878-1942), admis au Salon des Artistes Français à 18 ans. Il obtient une première médaille d’Argent en 1906 avec la Grand’Mère, et une première Médaille d’Or avec Portrait de Jeune fille en 1926.

Détails du produit
G 1297
QR Code

Scan this code! phone_iphone

Produits liés
Aucun articles
Vus récemment

Menu

Paramètres

Cliquer pour plus de produits.
Aucun produit n'a été trouvé.

Créez un compte gratuit pour sauvegarder les articles aimés.

Se connecter

Créez un compte gratuit pour utiliser les listes de souhaits.

Se connecter