BERLIOZ Hector. Compositeur romantique. Lettre autographe à Du Boys, de Grenoble, août 1866 (Réf. G 4794)

Berlioz est à Grenoble... 

..Je suis malade et ne puis accepter votre aimable invitation, les rugissemens (sic) de ces musiques militaires augmentent mon mal...

1 300,00 €
Autographe disponible à la vente
Faire une offre

Votre offre est envoyée.

Your Offer is accepted, please check your inbox.

  •     *Champs requis

Chargement

Référence:
G 4794
Description

BERLIOZ (Hector)

 

Né à La Côte-Saint-André. 1803-1869.

Compositeur romantique français.

Lettre Autographe Signée « H. Berlioz » à « Mon cher Duboys ».

S.l.n.d. (Grenoble, 15 août 1868). 1 page in-8. 

Une des dernières lettres de Berlioz, le compositeur est très affaibli par la maladie qui devait l'emporter l'année suivante.

Berlioz avait été invité pour présider un concours orphéonique dans sa ville natale, Grenoble. Les membres du jury étaient composés entre autres de Charles GOUNOD et d’Ambroise THOMAS.

Berlioz souffrait depuis de nombreux mois d’une névralgie intestinale, et c’est très malade qu’il assista aux cérémonies du festival et à l’inauguration de la statue de Napoléon Ier...

 

Le compositeur décline l’invitation de son ami à se rendre aux Combes : ...Je suis malade et ne puis accepter votre aimable invitation, les rugissemens de ces musiques militaires augmentent mon mal ; je ne sais si Gouot (?)* [Gounod] et Thomas sont ici ; excusez moi j’aurais bien voulu revoir les Combes...

 

 

 

Berlioz entretint une correspondance suivie avec Albert du Boys, (1804-1889), un compatriote dauphinois.

Pourtant c’est à Paris que Berlioz le rencontra, lorsque du Boys vint y étudier le droit en 1822 ou 1823. Secrétaire du vicomte Sosthène de la Rochefoucauld, directeur des Beaux-Arts de 1824 à 1830, du Boys semble s’être à ce titre rendu utile à Berlioz. Il écrivit, avant février 1823, les paroles du chant élégiaque « Le Montagnard exilé » et de la romance « Toi qui l’aimas, verse des pleurs », que Berlioz mit en musique. Du Boys fit aussi les paroles de la Ballade du pêcheur d’après Goethe (1827) et du Ballet des Ombres d’après Herder (1829).

 

 

Correspondance générale d’Hector Berlioz (Pierre Citron - Hugh J. Mac Donald, Flammarion, 2001), vol. VII, N° 3372.

 

 

 

 

 

Détails du produit
G 4794
QR Code

Scan this code! phone_iphone

Produits liés
Aucun articles
Vus récemment

Menu

Paramètres

Cliquer pour plus de produits.
Aucun produit n'a été trouvé.

Créez un compte gratuit pour sauvegarder les articles aimés.

Se connecter

Créez un compte gratuit pour utiliser les listes de souhaits.

Se connecter