DEBUSSY Claude. Compositeur. Lettre relative à l'art de l'orchestration, au compositeur Charles Levadé (Réf. G 5973)

Lettre exceptionnelle sur l'art de l'orchestration, au compositeur Charles Levadé. 

4 000,00 €
Autographe disponible à la vente
Référence:
G 5973
Description

DEBUSSY (Claude).

Né à Saint-Germain-en-Laye. 1862-1918.

Compositeur.

L.A.S. « Claude Debussy » au compositeur Charles Levadé.

Bichain, par Villeneuve-la-Guyard, 4 septembre 1903. 4 pages in-12. Papier à lettres (58 rue Cardinet).

 

 

...Je ne voudrais pas t’écrire « l’histoire de l’art d’orchestrer à travers les siècles » (...), je ne me sens aucun goût pour cela. En somme, l’art d’orchestrer s’apprend peut-être mieux en écoutant le bruit des feuilles remuées par les brises, qu’en consultant des traités où les instruments prennent l’air des pièces anatomiques et qui, au surplus, renseignent médiocrement sur les innombrables façons de mélanger ces dits instruments entre eux !...

Ce que tu me demandes au sujet de la tablature est extrêmement délicat. Qui t’assure que cette tablature sera justement celle dont tu as besoin ? (...), crois-moi, ne t’embarrasse pas à l’avance d’un système ou d’une formule… à la dixième mesure tu ne sauras plus qu’en faire (...). Et surtout, rappelle-toi que les cuivres sont infiniment délicats et non pas des instruments de carnage ! Ce n’est qu’à la dernière extrémité qu’un trombone doit hurler...  Regarde dans Wagner, combien celui-ci est victime de son procédé puisqu’en dépit d’un quatuor de tubas, des trompettes de tous les modèles, ça n’arrive pas à être plus riche... Et malgré Berlioz, Charpentier, Ganne, Puccini, ne crois pas que le triangle soit un instrument sentimental !...

Ne m’envie pas trop, car on ne saura jamais combien ma musique est différente de l’opinion que l’on peut en avoir. Si je n’étais pas un peu dédaigneux, je pourrais souffrir en voyant qu’on me spécialise pour empêcher d’autant l’action que j’aurais voulu exercer sur la musique. Ça n’a d’ailleurs aucune importance et n’empêche pas que le temps du « jeu de la Puce » était charmant... Je m’en souviens encore...

Crois-moi sensible à ton amitié, « agressive » et charmante, n’hésite pas à t’en servir... Il ajoute ...Dis à Madame Ch. Levadé, des choses douces et affectueuses en t’accompagnant sur le piano...

 

Debussy connut le compositeur Charles Levadé (1869-1948) dans sa jeunesse, à l’époque où ils fréquentaient tous deux le Cabaret du Chat Noir et l’auberge du Clou. Ils furent témoins en 1892 au mariage de leur ami Vital Hocquet.

Dans une lettre du 4 septembre de Levadé à Debussy, il signe « Ton vieux compagnon du noble jeu de puces ! »...

Détails du produit
G 5973
QR Code

Scan this code! phone_iphone

Produits liés
Aucun articles
Vus récemment

Menu

Paramètres

Cliquer pour plus de produits.
Aucun produit n'a été trouvé.

Créez un compte gratuit pour sauvegarder les articles aimés.

Se connecter

Créez un compte gratuit pour utiliser les listes de souhaits.

Se connecter